Passer au contenu

/ Faculté de l’aménagement

Je donne

Rechercher

Navigation secondaire

L’architecture doit s’ouvrir à la nature : texte de Jean-Paul Boudreau

« La crise du climat qui est la nôtre, c’est aussi une crise plus discrète, plus fondamentale, une crise de nos relations au vivant et de la sensibilité qui pourrait nous mener vers la sixième extinction des espèces. 

L’appauvrissement de nos sens dans la perception du monde actuel dresse une barrière entre l’humain et son environnement et, paradoxalement, avec les nouvelles normes écologiques, la tendance actuelle veut que, pour des questions purement énergétiques, on se protège encore plus de notre environnement extérieur. Au bout du compte, on s’enferme de plus en plus dans des bâtiments devenus des objets solitaires.

Un objet qui est le fruit d’un long processus de déracinement et d’aliénation du monde propre au projet fondateur de la modernité, qui a façonné l’Occident capitaliste et qui domine maintenant toute la planète.

Il devient évident que cette vision du monde de vouloir s’auto-extraire du milieu naturel nous éloigne de notre humanité et qu’il faut maintenant une transformation de nos manières de vivre et d’habiter ce monde. »

Tiré d’un article dans La Presse+. Lire l’intégralité de l’article.