Passer au contenu

/ Faculté de l'aménagement

Rechercher

Unités de recherche

La Faculté de l’aménagement jouit d’une réputation internationale en matière de recherche. Le rayonnement de ses unités de recherche et leur développement constant au cours des dernières années constituent un contexte intellectuel dynamique.

Comptant 20 unités de recherche en son sein, dont quatre chaires, en plus des nombreuses collaborations avec des groupes associés, la Faculté de l’aménagement est un pôle de recherche offrant une diversité de champs d’études porteurs dans les disciplines de l’aménagement. L’étendue de la recherche représente, pour les étudiants de la Faculté de l’aménagement, un atout de taille dans un contexte où le développement de nouveaux savoirs est garant de la richesse de la formation.

Centre de recherche sur les innovations sociales

Centre de recherche sur les innovations socialesCRISES

Le Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES) est une organisation interuniversitaire et pluridisciplinaire qui regroupe une soixantaine de chercheurs affiliés principalement à huit institutions, soit l’Université du Québec à Montréal (UQAM), l’Université du Québec en Outaouais (UQO), l’Université Laval, l'Université de Sherbrooke, l’Université Concordia, l’École des hautes études commerciales de Montréal (HEC Montréal), l'Université de Montréal et l’Université du Québec à Chicoutimi.

De formations disciplinaires diversifiées (anthropologie, géographie, histoire, mathématiques, philosophie, relations industrielles, sciences de la gestion, science économique, science politique, sociologie et travail social), les membres du CRISES étudient et analysent les innovations et les transformations sociales à partir de trois axes complémentaires : le développement et le territoire, les conditions de vie et le travail et l’emploi.

Plusieurs de ces travaux de recherche sont réalisés en partenariat avec des acteurs socio-économiques. Les membres du CRISES sont au centre d’activités de réseautage avec la société civile et contribuent activement à des activités de transfert de connaissances vers la communauté.

Lire plus...
Chaire de recherche du Canada en patrimoine bâti

Chaire de recherche du Canada en patrimoine bâti

Le programme de recherche explore la notion évolutive du patrimoine bâti et les impacts de cette évolution sur les processus de conservation, de mise en valeur, d'appropriation, de gestion et d'utilisation du patrimoine. La notion de patrimoine bâti est passée d'une définition étroite, portant sur des bâtiments isolés, à une définition élargie qui couvre des ensembles comme des rues, des quartiers, des paysages culturels, des routes et des paysages urbains historiques.

Lire plus...
Chaire de recherche du Canada en urbanisation durable dans le Sud Global

Chaire de recherche du Canada en urbanisation durable dans le Sud Global

L’importance de la question urbaine à l'extérieur du monde occidental ne fait plus débat. Au cours des 60 dernières années, c’est dans ces régions qu’a eu lieu la plus grande partie de la croissance de la population urbaine mondiale (3,5 milliards de personnes). Et ce processus est loin d’être terminé : selon les projections de l’ONU (2014), 2, 5 milliards de personnes supplémentaires devraient vivre dans les zones urbaines du monde d’ici 2050, et il est prévu que jusqu’à 90 % de cette croissance concernera les continents asiatique et africain. Il est désormais largement admis que le taux et l’échelle de cette croissance, auxquels s’ajoutent des enjeux environnementaux plus vastes tels que les changements climatiques et l’épuisement des ressources, posent de graves problèmes. Non seulement l’urbanisation continue du Sud exige-t-elle une nouvelle échelle d'intervention, mais également une révision fondamentale des politiques et pratiques d’urbanisme.

La Chaire de recherche du Canada en urbanisation durable dans le Sud global fait le point sur cet enjeu pressant, en reconnaissant d’emblée que la transition urbaine historique qui a cours actuellement à l’intérieur et autour des villes et conurbations d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine présente un éventail de problèmes auxquels les professionnels de la planification et les chercheurs n’avaient jamais été confrontés auparavant. Mais surtout, l’urbanisation en cours amène à s’interroger sur la capacité des théories, des modèles et des instruments de planification prédominants – dont la plupart sont issus de l’expérience euro-américaine – à cerner et à réguler le développement urbain dans le Sud.

Considérant l’écart entre les théories et les modèles urbanistiques existants et les impératifs réels auxquels doivent répondre les citadins et les gouvernements du Sud global, comment les urbanistes et les autres professionnels de l’environnement bâti peuvent-ils aider les villes à répondre aux besoins croissants – en matière de logement, de transports, d’énergie, d’emploi, etc. – de leurs populations en pleine expansion et très majoritairement pauvres ? Et comment ces professionnels peuvent-ils veiller simultanément au développement d’établissements urbains durables – considérés dans le cadre de ce programme de recherche comme étant des endroits où la croissance économique et le développement social favorisent la création de richesse, l’équité sociale et l’épanouissement humain et qui sont en équilibre avec la capacité de charge des systèmes naturels dont ils dépendent ?

Pour tenter de répondre à ces deux questions pressantes – et intimidantes –, le programme de recherche de la Chaire explore les dynamiques « concrètes » du développement urbain qui se poursuit en périphérie des villes soumises à une urbanisation rapide (une attention particulière étant accordée à l’Asie du Sud-Est). En effet, on ne sait toujours pas si les régions en cours d’urbanisation du Sud-Est asiatique (et celles de plusieurs autres pays du Sud global) réussiront à créer des milieux de vie urbains durables, mais les urbanistes, par leurs réactions au maelstrom de changements en cours dans les zones de transition périurbaines, auront à cet égard une influence considérable. Il est d’autant plus important de comprendre les expériences concrètes d’édification de villes qui se déroulent autour des grands centres urbains, puisque c’est dans ces zones que les cadres de gouvernance, les mécanismes de financement et les modèles de développement spatial existants subissent de profondes transformations, donnant lieu à des approches urbanistiques qui reposent davantage sur la décentralisation et l’entreprenariat ainsi que sur de nouvelles formes de travail avec le secteur privé dans la production et la gestion de l’environnement bâti.

Résultats attendus 

L’étude systématique et étendue des dynamiques périurbaines dans le contexte d’urbanisation rapide de l’Asie du Sud-Est, accompagnée d’initiatives comparatives Sud-Sud et Nord-Sud, contribue à l’avancement des connaissances interdisciplinaires sur le processus contemporain d’urbanisation dans le Sud global ainsi qu’à la pensée critique et à la réflexion épistémologique entourant les politiques et pratiques de développement urbain dans ces contextes. Ultimement, la Chaire souhaite appuyer le développement d’un réseau de recherche interdisciplinaire pouvant générer d’autres manières de réfléchir au développement urbain durable qui soient mieux adaptées à l’éducation et à la pratique des professionnels qui doivent relever le défi colossal consistant à modeler les établissements humains qui accueilleront bientôt la plus grande partie de la population mondiale.

Lire plus...
Chaire de recherche sur les concours et les pratiques contemporaines en architecture

Chaire de recherche sur les concours et les pratiques contemporaines en architectureCRC

Le programme de recherche vise l’identification d’enjeux, de questions et de transformations marquantes de la discipline, comme de la profession, pouvant témoigner de nouvelles formes de réflexivité, de positions critiques significatives et de stratégies d’innovation considérées comme autant d’indicateurs des mouvances contemporaines en architecture. Un premier axe du programme développe des recherches sur les concours en analysant plus spécifiquement les pratiques du jugement qualitatif et du jugement collectif ainsi que les modalités de l’expérimentation et de l’innovation à l’œuvre dans ces situations particulières de la commande publique. De façon élargie, les concours en architecture sont comparés à ceux d’autres domaines de la conception en paysage, en urbanisme, et en design industriel. Un deuxième axe de recherche étudie parallèlement le rôle des raisonnements analogiques et des différentes formes de modélisation dans la conception architecturale, sans restreindre ces observations aux situations de concours. Au croisement de ces deux axes, conçus comme des apports directs aux axes du programme scientifique du Laboratoire d’étude de l’architecture potentielle (L.E.A.P), la chaire de recherche sur les concours et les pratiques contemporaines entend contribuer à la compréhension des modes de production et de transfert de connaissances en architecture.

Lire plus...
Chaire en paysage et environnement de l'Université de Montréal

Chaire en paysage et environnement de l'Université de MontréalCPEUM

En accord avec sa mission, les principaux objectifs de la Chaire en paysage et environnement de l’Université de Montréal sont de:

  • promouvoir les activités de recherche universitaire visant à développer les connaissances et les moyens d'intervention dans les domaines du paysage et de l'environnement et ce, afin d’améliorer la qualité du cadre de vie et l'identité des espaces urbains et ruraux du Québec;
  • assurer la formation de chercheurs et de professionnels hautement qualifiés;
  • favoriser l'établissement de rapports étroits entre le milieu universitaire et des sociétés publiques et/ou privées, en valorisant et en mettant au service de ces dernières une expertise de pointe dans le domaine de l'analyse et de l'intervention paysagère;
  • participer activement à la diffusion des résultats de ses travaux par le biais de publications scientifiques, par l'organisation et la participation à des colloques et conférences.
Lire plus...
Chaire Fayolle-Magil Construction

Chaire Fayolle-Magil Construction

Programation
Cette programmation de recherche vise à identifier, analyser et développer des approches exemplaires pertinentes en matière d’architecture durable au Canada et ailleurs. Elle reconnait que plusieurs travaux (et un grand nombre d’efforts) sont déjà consacrés à l’étude en profondeur des technologies constructives, de la performance du bâtiment, de la durabilité urbaine, des méthodes de conception, des pratiques collaboratives et participatives, des modes de réalisation, des outils de modélisation et de beaucoup d’autres aspects du domaine de la construction. 

En revanche, peu de travaux pratiques et théoriques sont souvent réalisés sur les relations qui existent entre ces aspects de la pratique, et entre les concepts théoriques qui les expliquent. Ainsi, beaucoup plus de travaux sont consacrés à l’étude des aspects techniques de la pratique qu’à la compréhension, par exemple : 

  • Des interfaces entre l’échelle du bâtiment et l’échelle urbaine; 
  • Des relations entre divers types de technologies constructives (par exemple, entre la construction en bois et la maçonnerie); 
  • Des relations entre les outils de modélisation (type BIM) et les modes de réalisation du projet de construction; 
  • Des interdépendances entre la performance anticipée des bâtiments et les usages réels de ceux-ci. 

De cette façon, malgré le fait qu’un consensus existe sur l’importance d’adopter une approche systémique aux études sur l’architecture, la construction et la durabilité, l’analyse de ces relations, ces interfaces et ces interdépendances reste souvent insuffisante.

En réponse à cette lacune théorique et pratique, la programmation de la Chaire vise à examiner les interfaces existantes entre les éléments des systèmes complexes dans le domaine de la construction. Cela inclut les relations entre les objets physiques (par exemple, les sous-systèmes constructifs ou les technologies constructives), les humains (les acteurs du projet, les usagers, les occupants, les donneurs d’ouvrage et autres parties prenantes) et les processus (tels que les méthodes de réalisation, les stratégies de maitrise d’ouvrage ainsi que, et les mécanismes de collaboration ou de participation). 

Cadre théorique
Cette programmation se trouve à l’intersection des domaines de l’architecture, de la construction et de la durabilité. Elle s’intéresse aux relations entre les corpus des connaissances sur le projet d’architecture, sur l’art de construire et sur le paradigme de la durabilité. Sa valeur réside dans l’articulation de ces trois domaines de recherche et non pas dans l’approfondissement des connaissances dans l’un d’eux. 

La programmation reconnait que les relations entre les éléments des systèmes complexes peuvent être analysées à travers trois lentilles : les performances du projet (faire mieux), les processus nécessaires pour créer le projet (bien faire) et l’éthique du projet (faire bien). Ainsi, les relations entre les éléments peuvent être considérées simultanément comme objets de réflexion sur la performance du produit final, sur les processus de réalisation de ce produit final et sur l’éthique de l’action. Ces lentilles permettront d’examiner les enjeux de responsabilité de l’acteur du projet envers la société, la nature et l’œuvre architecturale elle-même. 

Cette approche transversale nous permettra de dépasser les approches dogmatiques à la durabilité (le « greenwashing » ou l’obsession sur la performance énergétique, par exemple) et elle nous permettra aussi de construire des liens entre divers corpus de connaissances ou plusieurs études détaillées réalisées par d’autres institutions de recherche. La programmation vise donc à « problématiser » davantage les résultats de recherche disponibles ainsi que leur mise en application dans des projets d’architecture et de construction. 

Les études sur ces relations peuvent être groupées dans trois axes de contributions scientifiques et pratiques énoncés dans l’entente de création de la Chaire:

Lire plus...
Chaire UNESCO en paysage et environnement de l’Université de Montréal

Chaire UNESCO en paysage et environnement de l’Université de MontréalCUPEUM

La CUPEUM trouve à l'Université de Montréal un point de ralliement particulièrement propice à son épanouissement. Elle est en lien privilégié avec l'École d'urbanisme et d'architecture de paysage et la Faculté de l’aménagement qui collaborent aux activités pédagogiques de son réseau de coopération internationale. Et surtout, elle bénéficie de l'expertise développée depuis de nombreuses années par la CPEUM dans le domaine du paysage et de l’aménagement du territoire. Cette filiation a permis à la CUPEUM d’internationaliser un axe de recherche sur le devenir des villes, leurs aménagements.

Pour déployer ce savoir, la CUPEUM mise sur une coopération scientifique soutenue entre les institutions universitaires des disciplines de l’architecture, de l’architecture de paysage, de l’urbanisme et des sciences sociales et naturelles. Dans un contexte de mondialisation des débats sur les paysages urbains et ses enjeux associés (environnement, qualité de cadre de vie, etc.), cette mise en réseau est essentielle pour saisir et comprendre les dynamiques urbaines, pour aider au devenir des villes et pour soutenir les collectivités locales. Et, elle relève d’une nouvelle culture scientifique dans laquelle l'arrimage des expertises est un puissant moteur d'avancement et de validation des savoirs.

Ainsi, la convergence des savoirs à travers l’interculturalité et la transdisciplinarité constitue l’une des assises importantes du développement scientifique de CUPEUM.

Lire plus...
Design ∩ société

Design ∩ sociétéGDS

Design ∩ société est un groupe de recherche rattaché à l’Université de Montréal, fondé par Diane Bisson et Philippe Gauthier, respectivement chercheuse et professeur-chercheur à l’École de design industriel. Il se compose de chercheurs et d’étudiants des cycles supérieurs, issus de tous horizons disciplinaires, qui s’investissent dans la recherche fondamentale sur le design et la société, dans la promotion et la pratique du design social, ainsi que dans l’éducation d’innovateurs responsables.

Les recherches effectuées par les membres du groupe sur une diversité de problématiques sociales, anthropologiques, économiques et politiques, visent à établir le design comme un foyer de renouvellement des connaissances sur le monde. Les projets d’innovation sociale menés dans le cadre des activités de design ∩ société permettent, de leur côté, d’explorer de nouvelles voies pour la pratique du design au Québec, tout en contribuant à trouver des réponses aux problèmes rencontrés par la société civile québécoise.

Lire plus...
Formlab

Formlab

La recherche du Formlab porte sur les applications de la modélisation physique en design. Elle traite des problématiques spécifiquement liées à la mise en œuvre des technologies d’impression 3D et de fabrication automatisée dans le processus de design. Ce domaine est composé d’un large éventail de technologies informatiques, certaines disponibles dans le commerce, d’autres en développement ou à l’état expérimental. Les recherches du Formlab explorent diverses applications de ces techniques en design industriel et tentent de définir de nouveaux modèles d’intervention qui sont désormais possibles.

Les nouvelles technologies de fabrication automatisée affectent la discipline de diverses façons. Elles permettent la détection précoce d’erreurs et l’accélération des cycles itératifs de conception. Par ailleurs, leur accessibilité grandissante ouvre la porte à de nouveaux modèles de production de plus en plus décentralisés. Ceux-ci ont le potentiel de redéfinir le rôle du designer comme « agent de satisfaction » représentant les intérêts du consommateur auprès des instances de production. La variété des exigences posées par les usagers pris individuellement ou en petits groupes, fera du designer un modérateur cherchant à concilier les désirs exprimés par les consommateurs avec les réalités techniques, économiques, écologiques et sociales en constante évolution.

Lire plus...
Groupe de recherche en aménagement et design

Groupe de recherche en aménagement et designGRAD

Le GRAD se spécialise dans la recherche sur les nouvelles pratiques de design de produits et de services, le processus créatif, la pensée transdisciplinaire, et les approches collaboratives et innovantes. La mission du groupe est :

  • d’étudier l’impact du progrès technologique sur le design;
  • d’explorer les projets qui utilisent des approches collaboratives interdisciplinaires et d’étudier le(s) rôle(s) du designer dans ces projets;
  • d’identifier les nouveaux enjeux de design qui englobent la perception et la signification;
  • de se pencher sur l’interaction et l’expérience d’usage dans des approches de design axées sur l’humain et le contexte d’usage.
Lire plus...

Groupe de recherche en architecture urbaineGRAU

La démarche du GRAU, permet la réalisation de projets qui sont connus à l'échelle montréalaise et nationale, alors que ses travaux de recherche et d’enseignement le sont à l'échelle internationale, grâce à leur diffusion au sein de certaines des plus importantes galeries spécialisées du monde, dont le Pavillon de l’Arsenal à Paris. Le projet le plus récent du GRAU (subventionné par le FCAR) explore le rapport entre les nouveaux outils d’infographie et le projet urbain.

Lire plus...
Groupe de recherche en conception assistée par ordinateur

Groupe de recherche en conception assistée par ordinateurGRCAO

Les travaux du GRCAO sont orientés vers la recherche et le développement d'outils et de méthodes (moyens) de travail basées sur les possibilités nouvelles qu'offrent les nouvelles technologies numériques. L'objectif de ces travaux est d'améliorer la productivité et la qualité du travail des professionnels en aménagement et plus généralement de ceux qui mettent à contribution des modèles 3D pour la réalisation de leurs finalités.

Les travaux du GRCAO sont orientés vers les disciplines de l'aménagement qui représentent l'expertise de la Faculté de l'aménagement. Le souci du groupe est également d'introduire les résultats de la Recherche et Développement en CAO dans le monde des professionnels et de l'enseignement.

Lire plus...
Groupe de recherche en illumination et design

Groupe de recherche en illumination et designGRID

Le GRID est un lieu voué à l’expérimentation et à la recherche sur les effets perceptifs reliés à la lumière.

Bien que la lumière soit à la source de la perception des couleurs et des formes, son influence sur notre vision et notre compréhension de l’environnement immédiat est complexe et subtile. L’exploration des effets lumineux produits par différentes sources permet de mieux saisir l’action de la lumière sur notre perception sensorielle et nos expériences vécues.

Le laboratoire constitue donc une plate-forme d’expérimentation au service de la compréhension de l’influence de la lumière sur notre perception des formes et des couleurs. Ce milieu particulier offre la possibilité de saisir le potentiel d’action de l’éclairage quant aux modifications qu’il apporte à nos environnements de vie; il permet encore d’évaluer les multiples modes d’interventions spatiales possibles par la lumière.

Le GRID est un regroupement multidisciplinaire qui rassemble des membres provenant des domaines de l’environnement bâti, du design industriel et d’intérieur, du divertissement, de l'architecture, de la réadaptation et de la santé. Comme lieu de rencontre de ces différentes disciplines, il est un cadre de travail privilégié dans lequel il est possible de conjuguer les diverses perspectives dans une approche interdisciplinaire. De plus, le laboratoire sert de cadre d'expérimentation pour l’étude de matériaux émergeants qui multiplient les expressions esthétiques et l’ambiance de lieux pérennes ou éphémères.

L’espace du laboratoire et ses installations sont conçus pour élaborer des mises en situation sophistiquées impliquant l’utilisation de la lumière. Ces simulations permettent aux étudiants, professeurs et chercheurs d’explorer, d’analyser et d’interpréter diverses situations d’éclairage, physiques et virtuelles, relevant des différents champs de recherche impliqués.

Le GRID et son laboratoire FoCoLum disposent d’équipements de pointe dans les technologies d’éclairage, notamment des caméras couleurs, des sources lumineuses dynamiques telles que les diodes électroluminescentes (DEL), des écrans verts (Green Screen) et des appareils d’éclairage à fibre optique. Plusieurs sources d’éclairage plus traditionnelles font aussi partie des ressources du laboratoire, notamment des appareils incandescents et fluorescents, de la lumière noire et des écrans lumineux.

Les équipements du laboratoire comptent de plus un ensemble de logiciels destinés à la compréhension des manifestations des différentes sources lumineuses, de même que des systèmes de contrôle à distance tel que le système DMX, qui servent à l’élaboration de scénarios visant à simuler les effets de lumière et les mises en situation nécessaires dans le cadre des différentes expérimentations.

Les domaines de recherche

Les résultats de ces recherches s'appliquent à diverses disciplines et champs d'études :

  • design de produit, d’interfaces et de systèmes;
  • design urbain, d’environnements extérieurs et intérieurs;
  • environnements numériques;
  • architecture, urbanisme, architecture de paysage, design industriel et design d’intérieur.
Lire plus...
Groupe de recherche IF

Groupe de recherche IFGRIF

La recherche sur la gestion des projets ainsi que l’analyse des systèmes constructifs contribue à la compréhension des processus impliqués dans le développement de projets d’aménagement soutenables. La démarche de réalisation des projets d’architecture et d’aménagement est tributaire des caractéristiques propres à l’industrie du bâtiment; une industrie qui fonctionne grâce à la mise en place d’équipes temporaires formées par des organisations hautement spécialisées. Ces équipes temporaires sont fort complexes : elles sont influencées par les intérêts et les objectifs des diverses parties prenantes ainsi que par les relations formelles et informelles entre les acteurs. L’aménagiste est contraint de travailler sur un projet qui devient, de plus en plus, l’objet de négociation entre les divers participants. Face à ce défi, il doit tenir compte de la complexité des relations entre tous les acteurs et créer les scénarios adaptés à la participation, à la négociation et aux échanges entre ces acteurs. Pour cela il doit trouver la réponse adéquate à la question qui fait quoi, quand et comment?

Lire plus...

Groupe design et cultures matériellesDCM

Affilié au laboratoire écodesign – Centre interdisciplinaire en opérationnalisation du développement durable (CIRODD) et à l’Université du Québec à Chicoutimi, le groupe Design et cultures matérielles (DCM) conduit des projets de recherche et de création qui visent l’émancipation culturelle et socioéconomique des communautés autochtones du Québec.

Au sein du groupe DCM, la création est utilisée comme un levier de développement durable qui permet la valorisation du patrimoine culturel et des savoir-faire ancestraux par l’innovation et la conception de nouveaux produits (objets, espaces, produits de diffusion). Les activités de recherche-action, menées en étroite collaboration avec les communautés et définies en fonction de leurs objectifs et besoins, constituent des lieux privilégiés d’échange.

Le groupe s’intéresse notamment:

  • au design et à l’innovation comme moyens de réinterprétation et de réappropriation de la culture ;
  • à la création de produits identitaires contemporains locaux destinés aux marchés de la consommation culturelle (considérée comme nouvelle manifestation de consommation responsable) ;
  • au transfert de connaissances entre les aînés et les jeunes pour favoriser la pérennité et le renouvellement des techniques artisanales traditionnelles.
Lire plus...
Hybridlab  - Laboratoire de recherche en design

Hybridlab - Laboratoire de recherche en design

L'Hybridlab favorise la recherche fondée sur des projets, qui met l'accent sur l'innovation technologique et à comme appui des processus de conception et de recherche fondamentale, basée sur l'interaction homme-ordinateur et les processus de conception.

Notre approche est axée sur l'intégration de nouvelles technologies et d'interfaces pour répondre aux besoins spécifiques de tâches de conception. Nous travaillons à accroître les outils conceptuels traditionnels (croquis et modèles physiques) avec des capacités numériques car nous croyons qu'en contournant le côté manuel et traditionnel de la tâche et en proposant une solution hybride appropriée, cela aidera à fusionner les avantages des domaines analogique et numérique. Cela nous a amené à proposer un système innovant pour soutenir l'idéation: l'espace d'idéation hybride (HIS).

Étant confronté à l'évaluation de cette nouvelle interface, nous avons exploré au-delà de la possibilité d'utiliser l'expérience utilisateur plus largement. Pour cela, nous avons développé la notion de Design Flow, qui est une façon d'observer et de mesurer l'expérience lors de la conception. Nous avons également appliqué la notion de flux dans les TIC (technologies de l'information et de la communication), dans les environnements de télécommunications et de travail.

Lire plus...
Laboratoire d’étude de l’architecture potentielle

Laboratoire d’étude de l’architecture potentielleLEAP

Fondé en 2001, le Laboratoire d'étude de l'architecture potentielle (L.E.A.P) se consacre aux relations entre les théories et les pratiques de l'architecture contemporaine. Le L.E.A.P considère l'architecture du point de vue du projet, du double point de vue des processus de conception et des médiations culturelles. Les chercheurs du L.E.A.P travaillent régulièrement avec le Centre Canadien d'Architecture et développent plusieurs collaborations internationales. Le L.E.A.P accueille des doctorants des programme de Ph.D. de la Faculté de l’aménagement ( Ph.D en architecture et Ph.D en aménagement) et forme des assistants de recherche en provenance de divers programmes de maîtrise (architecture, aménagement, urbanisme, histoire, bibliothéconomie, informatique). Le L.E.A.P reçoit des chercheurs invités en résidence scientifique (France, Suisse, Belgique, Corée du Sud, Liban, Tunisie, Brésil, Portugal, Italie, Allemagne, Chine).

Les travaux du Laboratoire visent à expliciter les phénomènes de réflexivité, de production et de transfert de connaissances à l'œuvre dans les projets d'architecture, de paysage et d’urbanisme conçus dans trois situations différentes :

1 - en situation professionnelle;
2 - en situation pédagogique;
3 - en situation de recherche création.

Le concours, dénominateur commun de ces trois sources de projets, est une formule qui nous apparaît porteuse d’un fort potentiel expérimental et l’une des rares permettant la participation du grand public à la production architecturale.

Dans le prolongement de son programme de recherche, le laboratoire d'étude de l'architecture potentielle a pour principales missions de:

  • promouvoir les activités de recherche universitaire dans le champ de la recherche architecturale et plus particulièrement en ce qui a trait aux études portant sur le projet d'architecture considéré comme architecture potentielle;
  • accueillir des étudiants au doctorat et à la maîtrise en vue de contribuer à leur formation scientifique;
  • favoriser les collaborations scientifiques entre les chercheurs de l'école d'architecture de l'Université de Montréal, les chercheurs du Centre d'Étude du Centre Canadien d'Architecture et ceux de l'Institut de Recherche en Histoire de l'Architecture (I.R.H.A).


Chaire de recherche sur les concours et les pratiques contemporaines en architecture

Lire plus...
Laboratoire écodesign - CIRODD

Laboratoire écodesign - CIRODD

Le Laboratoire est associé au CIRODD (Centre interdisciplinaire de recherche en opérationnalisation du développement durable). La mission du CIRODD est de réaliser, coordonner, intégrer et transférer les recherches en opérationnalisation du développement durable dans l'objectif ultime de faciliter l'émergence d'une économie verte. Il vise ainsi à assurer un environnement de recherche synergique pour les chercheurs de disciplines variées qui désirent réaliser des recherches en interdisciplinarité dans le but de produire des connaissances et outils favorisant une transition vers l'économie verte.

Lire plus...

Laboratoire FORME – COULEUR – LUMIÈREFoCoLUM

Les domaines de recherche du laboratoire s'appliquent à diverses disciplines et champs d'études :

• design de produit, d’interfaces et de systèmes;

• design urbain, d’environnements extérieurs et intérieurs;

• environnements numériques;

• architecture, urbanisme, architecture de paysage, design industriel et design d’intérieur.

Lire plus...

Laboratoire métatextile

Pour améliorer, par le design industriel, l’expérience de l’espace « corporéal », le laboratoire métatextile est un lieu de réflexion et d’expérimentation sur les applications techniques des matériaux textiles. La recherche, systématiquement transférée dans l’enseignement, y produit des contenus de propriété intellectuelle sous forme de rapports, maquettes, prototypes testables et demandes de brevets.

Le laboratoire construit une approche systémique qui vise l’intégration, au sein du projet, de la triade des données humaines (physiologie, psychologie, société), des technologies (matériaux, assemblages, entretien, recyclage) et des données contextuelles (environnement, milieux, temporalités, usages). En lien avec les grandes questions du design contemporain, les projets du laboratoire métatextile découlent des observations relatives à quatre enjeux contemporains :

  • le vieillissement des populations occidentales ;
  • l’interculturalisme résultant des migrations ;
  • le déplacement de la production ;
  • les enjeux environnementaux dans une perspective de pensée « analyse de cycle de vie » (ACV).

Ces projets s’adressent à des usagers des secteurs du monde médical, de la protection dans les sports et les milieux travail, ainsi que des usagers ayant des besoins spéciaux ou se trouvant dans des situations de détresse.

Comme exemples de projets de recherche, nommons notamment deux projets protégés : le concept de jaquette d’hôpital DUOS et un produit interculturel ReSport. D’autres projets, tels VÊT-FORM et FEUTRES-ARCHI visent la transformation avec valeur ajoutée de l’unique gisement local de matériaux textiles au Québec. ÉcoCol, pour sa part, développe une stratégie de diminution des impacts environnementaux dans le domaine du vêtement.

Les objectifs du laboratoire ont été établis suite aux activités de la filière textile de Recyc-Québec et se relient aux recherches du CIRODD. Les projets spécifiques sont accompagnés par des manufacturiers et font appel à des consultations professionnelles d’organismes comme la Société des établissements de plein air du Québec (SÉPAQ) et la Croix-Rouge canadienne.


Centre interdisciplinaire de recherche en opérationnalisation du développement durable (CIRODD)
Lire plus...
medialabAU

medialabAU

Constructions éphémères et projets sur l’espace public, les explorations spatiales et médiatiques du medialabAU se situent dans une tradition de conceptualisation de l’architecture liée à ses rapports à la ville et dans un travail du dessin et de l’image. Depuis les années 2000, le groupe d’architectes s’emparent d’un vaste kaléidoscope de moyens en arts numériques afin de chercher plus loin dans l’inconscient collectif des formes inédites d’architecture, déceler ses signaux et ses traces dans des lumières, sons, moments/évènements, mémoires. Les travaux du medialabAU présentés sous forme de vidéos et d’installations, cherchent à voir et à comprendre les mutations de la ville contemporaine en interrogeant la conception numérique et la figuration en architecture. Ils s’intéressent en particulier à la dimension culturelle et politique de l'espace public. Faisant du mouvement le premier niveau de la pensée du projet, medialabAU cherche à construire le sens de l'espace à l'aide d'outils considérés non conventionnels pour la discipline de l'architecture, essayant par-là d'élargir le territoire du projet et d'enrichir la palette de ses moyens.

Le laboratoire de recherche-création, fondé et dirigé par Irena Latek, réunit des architectes, artistes et chercheurs autour de projets réalisés en collaborations variables. Après Espaces mouvants Soft Public Spaces (SAT, Montréal 2003 ; Galeria RAS, Barcelone 2004) et Ubiquités publiques Desynchronized Public Spaces (SAT, Montréal 2006 ; Trienal de Arquitectura de Lisboa 2007) au sein desquels s’élabore le «collage mouvant» transformant la vidéo numérique en document multifonctionnel de la figuration architecturale, Trans-porteurs Ecotopia-Utopia (CEUdeM, Montréal 2009) explore le potentiel architectural de l’installation immersive et de l’interactivité. Il est le fruit d’une collaboration avec le laboratoire Vision3D dirigé par Sébastien Roy (DIRO, UdeM). Les travaux actuels de medialabAU explorent les espaces immersifs sous forme de vidéos/constructions réalisées sur écrans multiples et des surfaces complexes dont témoignent deux séries d’œuvres, Intervalles et Flux.

Lire plus...

Métalab-SAT

Le Métalab s'intéresse aux technologies de l'information et de la communication comme médiums de création et comme composantes essentielles d’un nouveau cadre de vie. On y développe des méthodes, systèmes et dispositifs permettant la création et la diffusion de contenus interactifs et immersifs appliqués à la visualisation, à la simulation, ainsi qu’aux applications en téléprésence, en téléopération et en télévisite. On s’intéresse également à l’impact de ces dispositifs sur les modèles contemporains de création et de diffusion ainsi que sur l’humain dans le rapport à soi, à l’autre, à l’espace et au temps.


Société des arts technologiques (SAT)
Lire plus...
Observatoire de la mobilité durable

Observatoire de la mobilité durable

La mobilité constitue le fondement des échanges sociaux, culturels et économiques qui animent et façonnent nos sociétés. Si le développement des moyens de transport mécanisés depuis le milieu du XIXe siècle a favorisé un accroissement spectaculaire de la mobilité des personnes et des biens, il a aussi contribué à une transformation en profondeur des cadres de vie. Mais il a également engendré un certain nombre de problèmes, dont un encombrement chronique des réseaux de circulation, une consommation exponentielle de carburants fossiles, une pollution atmosphérique associée au réchauffement climatique, une détérioration des environnements bâtis et naturels, un développement de certaines pathologies et une dépendance excessive à l’automobile, sans compter le tribut payé en vies humaines et en blessés. Face à l’impossibilité de satisfaire une demande croissante par une simple augmentation de l’offre en équipements, en infrastructures et en services de transport, les recherches et réflexions se sont multipliées sur les enjeux et les défis d’une mobilité durable. En reportant l’attention en amont des problématiques de transport, ces recherches ont par ailleurs permis de faire ressortir un certain nombre d’enjeux sociaux, culturels et économiques qu’occultait une approche plus exclusivement centrée sur les déplacements concrets. C’est dans ce contexte que s’inscrit la mise sur pied de l’Observatoire scientifique de la mobilité durable du Québec.

L’Observatoire vise à mieux comprendre :

  • Les liens entre les modalités d’urbanisation et d’aménagement du territoire et la nature, la fréquence, la durée, la longueur et la configuration des déplacements, ainsi que les choix modaux qui  y sont associés;
  • Le rôle et l’importance stratégique du transport collectif et de l’intermodalité dans le développement de la mobilité et du transport durables;
  • L’apport et l’impact des pratiques innovantes sur le développement de la mobilité et du transport durables;
  • Le rôle des municipalités, des organismes responsables du transport public et de leurs partenaires dans le développement de la mobilité et du transport durables.

L’action de l’Observatoire pourra emprunter différentes avenues :

  • La mise en œuvre d’une veille sur la mobilité et le transport durables;
  • La réalisation d’études et de recherches ponctuelles;
  • La constitution d’un centre de référence numérique regroupant la documentation et l’évaluation d’expériences et d’initiatives étrangères ou québécoises;
  • Un appui dans l’aide à la décision à travers de  l’organisation de forums, de colloques et de conférences;
  • La contribution à la formation des étudiants des premier, deuxième et troisième cycles de l’Institut d’urbanisme et de la faculté de l’aménagement;
  • La mise sur pied de partenariats avec des centres de recherche étrangers, notamment en invitant des chercheurs à séjourner à l’Observatoire;
  • Accueillir des chercheurs postdoctoraux ou des professionnels œuvrant dans des ministères, des municipalités, des organismes et des services concernés par la mobilité et le transport des personnes et des marchandises.
Lire plus...
Œuvre   Durable

Œuvre Durable

Œuvre durable est une équipe de recherche interuniversitaire dédiée à l’étude et à l’analyse de la vulnérabilité, de la résilience et de la reconstruction durable.

Alertée par les perturbations majeures affectant nos milieux de vie (catastrophes naturelles et changement climatique / conflits sociopolitiques / menaces pesant sur les équilibres économiques en place), l’équipe Œuvre Durable propose une analyse des milieux de vie à la lumière des approches théoriques et empiriques liées aux concepts de la vulnérabilité et de la résilience.

L’Observatoire universitaire de la vulnérabilité, de la résilience et de la reconstruction durable (Œuvre Durable) poursuit trois objectifs principaux:

  • Analyser la complexité des interactions entre les facteurs de vulnérabilité urbaine et leurs impacts sur les milieux de vie.
  • Étudier les mécanismes de résilience adoptés et/ou élaborés par les communautés et identifier les conditions nécessaires à la mobilisation de telles stratégies.
  • Déterminer les actions, existantes ou potentielles, à mettre en place pour réduire la vulnérabilité et accroître la résilience des populations.

En combinant les expertises et les méthodes de recherche propres à l’urbanisme, à l’architecture et à la géographie humaine, les contributions de l’équipe mettent en lumière les meilleures pratiques de réduction de la vulnérabilité et de la reconstruction des milieux de vie.

En particulier, notre équipe propose une approche originale qui intègre deux cadres théoriques complémentaires :

- La théorie de la vulnérabilité, qui nous indique que les perturbations affectant les milieux de vie, combinées à des conditions de fragilité sociale, économique et physique, causent souvent des effets dévastateurs sur le cadre bâti (catastrophes dites 'naturelles', déplacements de populations, crises de logements, conditions d'insalubrité, etc.).

- La théorie de la résilience, qui démontre quant à elle que les sociétés et les milieux de vie s'adaptent aussi à des conditions hostiles causées par des perturbations (soudaines ou prolongées) provenant de la nature, de l'ordre politique et du contexte économique.

Au travers d’un cadre conceptuel renouvelé et des études de cas réalisées au Québec, en Amérique Latine, en Asie du Sud-est et en Afrique, Œuvre Durable apporte un regard nouveau et multidisciplinaire sur la complexité des changements mettant à l’épreuve les milieux de vie du Nord et du Sud et sur les solutions innovantes qui permettent aux communautés d’y faire face.

Lire plus...