Passer au contenu

/ Faculté de l’aménagement

Je donne

Rechercher

Navigation secondaire

Experts en : Conservation des bâtiments

Cameron, Christina

CAMERON, Christina

Professeure associée, Professeure émérite

Christina Cameron mène un programme de recherche qui porte sur la problématique de la notion évolutive du patrimoine bâti et sur les conséquences de cette évolution sur les processus de conservation, de mise en valeur, d'appropriation et de gestion. Experte en patrimoine mondial, elle dirige plusieurs projets de recherche, incluant l’histoire de la Convention du patrimoine mondial, des entrevues avec les pionniers de la Convention dans le cadre de l’initiative des archives orales de l’UNESCO, une étude sur les valeurs patrimoniales du campus de l’Université de Montréal et sur les approches canadiennes à la conservation du patrimoine bâti entre 1950 et 2000. Elle s’intéresse également aux questions de paysages culturels et aux conventions culturelles de l’UNESCO.

Lire plus…

Profil complet

Castonguay-Rufino, Paloma

CASTONGUAY-RUFINO, Paloma

Auxiliaire d'enseignement (étudiant/e), Doctorante

Titre de la recherche : Les bâtiments industriels urbains, entre objet patrimonial et projet d'architecture
Résumé : Les bâtiments industriels urbains en quête d’une seconde vie ont la capacité d’accueillir des nouveaux usages : logements abordables, ateliers d’artisans, espaces culturels, bibliothèques et autres tiers lieux. Ces bâtiments robustes et versatiles ont été construits pour durer dans le temps. Pourquoi ne pas saisir l’opportunité de les rendre utiles aujourd’hui? Cette recherche s’inscrit dans la volonté de mieux comprendre les bâtiments industriels urbains, pour que les décideurs et architectes du patrimoine bénéficient d’outils pour justifier leur conservation. Dans le contexte canadien aujourd’hui, le bâtiment industriel ne fait pas clairement l’objet d’un classement patrimonial ni d’une définition exhaustive. Considérant que c’est souvent le classement d’un bâtiment qui alerte d’abord de sa valeur, les bâtiments industriels sont en réel danger de disparition. Cette vulnérabilité est notamment reconnue par les principes de Dublin, qui font figurent d’autorité en la matière, statuant que « [l]e patrimoine industriel est […] menacé de disparaître faute de sensibilité, de connaissance, de reconnaissance ou de protection, sous l’effet d’une économie en mutation, de perceptions négatives, d’enjeux environnementaux ou de sa propre taille ou complexité ». Les Normes et lignes directrices pour la conservation des lieux patrimoniaux au Canada, qui est le document de référence pancanadien du cadre d’intervention en matière de conservation des lieux et ouvrages construits, doivent être examinées à la lumière de questions orientées vers le bâtiment industriel. Le constat est que, sans une définition claire du bâtiment industriel ni un inventaire à jour de cette sorte particulière de bâti, les acteurs du patrimoine bâti qui sont responsables de la protection des bâtiments disposent de peu d’outils pour justifier leur conservation. Une réflexion de fond est nécessaire pour permettre de planifier en amont la conservation ou la requalification des bâtiments industriels urbains. Sous forme d’analyse comparative, ce projet de recherche s’inspire de l’expérience européenne, qui a démontré que le patrimoine industriel est particulièrement conséquent et structurant. L’intention est ainsi de contribuer à la théorie du bâtiment industriel urbain en définissant les valeurs et les éléments caractéristiques de ce type de bâtiment en Amérique de Nord. Pour atteindre ces objectifs, ce projet de recherche va 1) analyser des théories de la conservation du patrimoine qui existent pour voir comment il est possible de les compléter 2) comparer l’état des lieux nord-américain et européens à travers la cartographie des études de cas de bâtiments industriels urbains classés et non classés 3) établir les valeurs et les caractéristiques des bâtiments industriels urbains qui justifient leur conservation. L’intérêt de cette recherche pour la société est de consolider une approche du bâtiment industriel urbain qui soit compatible avec des principes de développement durables de la ville. Et si, collectivement, on décidait de réinvestir les anciennes usines de nos villes? Ces bâtiments ne pourraient-ils pas contribuer à accueillir la vie en ville au 21e siècle?

Lire plus…

Profil complet

Déom, Claudine

DÉOM, Claudine

Professeure agrégée

Claudine Déom poursuit actuellement des recherches en histoire de l'architecture et de l’urbanisme et en conservation de l'environnement bâti dont les sujets s'articulent autour de la question de l'attribution des valeurs patrimoniales. Ses intérêts de recherche portent également sur les processus d’appropriation du patrimoine, et les valeurs du patrimoine qui l'associent au développement durable. 

Lire plus…

Profil complet

HANDABAKA AMES, Yolene

Doctorante

Titre de la recherche: Analyse comparative d’édifices publics à valeur patrimoniale en danger de démolition à travers le filtre de la valeur sociale en tant que paramètre des Objectifs de Développement Durable des Nations Unies

Résumé: A l'heure où le développement durable est au cœur de tous les échanges mondiaux, la contribution du patrimoine culturel à la durabilité est reconnue par les Nations Unies comme un facilitateur du développement local de communautés durables. Dans ce contexte, la démolition de bâtiments ayant une valeur patrimoniale pour faire place à des projets de grande hauteur est un phénomène complexe et contradictoire qui se trouve au carrefour des décideurs et des citoyens.

D’une part, l'industrie de la construction est responsable d'importants dommages environnementaux causés par des émissions directes et indirectes liées à l'énergie. Au Canada, le secteur de la construction est considéré comme la troisième source d'émissions de gaz à effet de serre. De plus, la crise actuelle du logement, les intérêts financiers des promoteurs, la valeur des terrains et le manque d'espace dans les villes se traduisent par une pression croissante en faveur de la démolition, au mépris de la conservation du patrimoine et des Objectifs de développement durable des Nations unies. D’autre part, les citoyens expriment de plus en plus leur mécontentement face à la démolition de bâtiments publics ayant une valeur patrimoniale, et s'y opposent. La raison en est la valeur sociale attribuée aux bâtiments publics, qui va au-delà des valeurs historiques ou architecturales qui peuvent déjà faire partie de l'intérêt patrimonial du bâtiment. Cette situation est l’objet d'articles de journaux, de reportages et même d'une législation visant à protéger le patrimoine bâti.

 Au carrefour de ces deux acteurs, les décideurs et les citoyens, se trouve une forme bâtie qui, dans la perspective du développement durable et des Objectifs de développement durable des Nations Unies, pourrait faire l'objet d'une réutilisation adaptative durable en tant que mesure d'atténuation de la crise climatique. Bien que les questions de la reconnaissance du patrimoine, de la démolition dans le contexte du développement durable et de la réutilisation adaptative durable aient fait l'objet de diverses études indépendantes, cette recherche contribuera à la compréhension d'un phénomène beaucoup plus complexe résultant de l'intersection de ces questions actuelles et pertinentes. Ainsi, les objectifs de cette recherche doctorale sont les suivants :

 1) Produire de nouvelles connaissances à travers un atlas complet sur le phénomène d'appropriation du patrimoine dans le contexte du danger de démolition des bâtiments publics au Canada. 2) Contribuer à la compréhension de la valeur sociale du patrimoine bâti à travers le développement d'un modèle théorique approprié soutenu par des indicateurs de la valeur sociale d'un bâtiment patrimonial en tant que paramètre des Objectifs de développement durable des Nations Unies.

 Les résultats de cette recherche fourniront des outils de mesure des indicateurs de la valeur sociale des bâtiments publics potentiellement institués en tant que témoignages patrimoniaux, qui pourront être utilisés dans la pratique professionnelle.

Lire plus…

Profil complet

Linkon, Shantanu Biswas

LINKON, Shantanu Biswas

Doctorant

The research topics which have caught much interest form me are not limited to-

  • Measuring and assessing Social Value in architecture.
  • Evaluating inclusiveness in the Urban Architecture and Public Realm.
  • Investigating Autonomous Building Processes in coastal settlements.
  • Autonomy in the built environment, housing, and informal settlements.
  • Exploring indigenous building techniques and vernacular architecture.
  • Climate change impacts and adaptation.

Current ongoing doctoral research-

Re-evaluating the Social Value of Architecture in the Public Realms through Inclusiveness and Environmental Justice.

The city, precisely the urban area, can be interpreted as “The city in its growth is defined by its artifacts, leaving open many possibilities and containing unexplored potential.” akin to Aldo Rossi in his “architecture of the city”. Alongside, the city can be seen as the product of the generative-functional systems of its architecture, and thus of urban space, where the architecture of the public realms is the treatise of necessity, workability, and quality of the public spaces that connect and engage buildings and other activities, while some may occur on private property, at all scales. However, unfortunately, from “the first city”, "Magical city" to “garden city” all the models have intended for the smooth functioning of the city, as a machine, and mere beautification. After shifting the focus on efficient transportation systems public realms and open areas have lost their qualities and values due to the dominant role of transport. Consequently, they have lost their primary functions of meeting and relationship places. Eventually, architecture is divorced from its function; it is collective memory, a pure, sophisticated formal game. Lately, in the 20th century, a major emphasis has been put on smart cities and environmental sustainability, which has transformed the city of the 21st century into a city of paradox, more conservation-minded. While busy with all these, professionals have ignored one of the most critical elements of the ‘triple bottom line’ of sustainability, social value. Alongside, people’s social aspects have been neglected during the creation of public realms. Therefore, they have become artificial and isolated. And it has become a burning question "what are the qualities of an inclusive public realm and how to consider it?" An easy answer can be the inclusion of ‘social value’. But the reality is, it is not so easy. Henri Lefebvre first debated people’s rights to the city, where “The right to the city” is a motto. It is not undeniable it is the base of the notion of ‘social value’. However, in the modern era, lately, there has been a shift, and “The city is the people” has led to the issue of the inclusion of common people. Participation of different stakeholders is needed for inclusive urban architecture.

Design value in the built environment is currently understood to be the sum of environmental, economic, and social value. But we can question, argue, and debate with this definition in stating that "A whole is greater than the sum of its parts." While environmental value is generally measured in embodied and operational carbon (sometimes with the addition of biodiversity), there are several recognized methods for measuring economic value. Although architects often do not like to see themselves as an increment of economic gain, they create a huge amount of social value that they very often fail to record or capture. It is noteworthy that, though there are existing practices for measuring economic and environmental value, there are no agreed measures of social value. Until this value is expressed in a format that can be fed into policy and procurement, it will remain invisible, leaving economic and environmental value as the sole dominant currency of built environment transactions.

The major aim of this research is to ensure a collaborative approach through the participation of individuals and different stakeholders for creating social value and a unique identity for the public realm. The specific objectives are:

  1. To explore different stakeholders and their roles in designing inclusive public realms.
  2. To investigate public realms of diverse urban contexts, for design parameters, from inclusiveness and environmental justice approach both at the neighborhood level and city level.
  3. To evaluate these design parameters, collaborating inclusiveness and environmental justice, in different public realms.
  4. To develop a ‘social value index’ for inclusive architecture based on the performance of these design parameters.
Lire plus…

Profil complet

Soulikias, Aristofanis

SOULIKIAS, Aristofanis

Doctorant

Aristofanis Soulikias est un animateur des films et chercheur basé à Montréal avec une formation en architecture, en conservation des bâtiments et en design urbain. Il recherche actuellement des moyens par lesquels les techniques d’animation artisanales révèlent les atmosphères, la matérialité et les réalités sociales des villes.

Sa technique principale est le stop-motion 2D utilisant des silhouettes sous-éclairées.

Lire plus…

Profil complet